Un dimanche en demi-teinte et un éducateur dubitatif…

joeuf

Brice réussit son kata du 1er Dan table 2, content le coach... jusqu'au moment où il apprend les propos tenu par un "6ème Dan" responsable de cette table : « où tu l'as trouvé ton partenaire ? Ce n'est pas un judoka... »

 

Cher O gradé Votre rôle est de juger un kata et non de juger un homme ou une femme. Si Brice obtient son kata c’est que son partenaire fait du judo et qu’en plus il le maitrise… Il aurait été plus « judocieux » que Tu lui donnes des pistes de travail à Uké(si vraiment il en besoin). Donc à TOI, « Ohhh gradé de la table 2» sache que tous les mardis soir, nous sommes au Dojo d’Ennery de 20h à 21h30 pour travailler le goshin, le katame no, le nage no. Au vu de tes propos envers mon élève, tu peux passer au dojo et t’expliquer avec moi son éducateur sportif judo, mais ta place sera du côté shimozéki…. Tu ne mérites guère d’être un exemple pour nous.

La suite n’est pas trop mal non plus, Nathalie s’engage dans sa compétition toutes catégories confondues pour son deuxième Dan, elle repart avec 10 points et jusque-là, tout va bien… mais comme si ce dimanche devait avoir néanmoins un petit goût amer, Sébastien que j’ai inscrit sur l’extranet et qui apparait noté qualifié se voit refuser l’accès à la compétition car il est inscrit sur la liste des remplaçants … à la 7ème place …

J’essaie de comprendre à quoi peut servir une liste d’attente quand les judokas s’investissent toute l’année et à chaque entrainement font les efforts nécessaires pour améliorer leur judo. Une compétition, rien de tel pour vérifier si l’entrainement correspond à ses attentes, alors quelle drôle d’idée cette liste…

« Moi j’ai » une idée, faites les katas le samedi, et réservez le dimanche aux compétiteurs.

En revanche se sera la dernière idée que je vous aurais proposée. A partir de ce lundi, je ne souhaite plus intervenir ni rendre service à aucune structure hors mes clubs. Qu’ils s’appellent senshi, comité de Moselle, Grand Est, je ne souhaite plus servir de « bouche trou » ni de quoi que ce soit d’autre à ces structures.

Messieurs ,Mesdames les responsables, mon métier est éducateur sportif judo jujitsu Taiso ; je suis au service de mes élèves et à leur écoute ; n’oubliez pas que, si vous, Messieurs Mesdames les responsables êtes à vos postes, c’est grâce à eux et non l’inverse.

Les résultats du Judo Club Ennery en Images !